Philippe Fornas

L’Art du plain-chant

Lyon, Chez Michel Mayer, 1672

Fornas1672-titre retour vers les méthodes de plain-chant

Philippe Fornas (ou Fournax1Selon Adolphe Vachet, Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités, Lérins, Abbaye de Lérins, 1899, p. 188.) était curé depuis 1662 de la paroisse de Lacenas, située dans l’ancien diocèse de Lyon à une lieue à l’ouest de Villefranche-sur-Saône. Il devait être assez lié à ce village puisque sa Nouvelle methode de 1657 est dédiée au précédent détenteur de cette cure, Philippe Roussy, dont Fornas était le neveu2Cf. la signature de l’épître dédicatoire de la Nouvelle Methode de Philippe Fornas (Lyon, Chez la Veuve de Pierre Muguet, 1657).. Jusqu’à plus amples recherches sur sa carrière, on ne peut que constater que Philippe Fornas résidait effectivement à Lacenas, et notamment au moment de la publication de son Art du plain-chant puisqu’il signe les actes consignés dans les registres paroissiaux3Archives départementales du Rhône, registre BMS de la paroisse de Lacenas, 4 E 1806 (1673-1674). Son vicaire Vignon apparaît également comme signataire à partir d’avril 1674. D’autre part, Fornas est bien signataire dans les registres précédant et suivant celui-ci jusqu’à un dernier acte en date du 16 août 1676. Quelques mois après son probable décès, la signature d’un nouveau curé, Véran prend la suite ; cf. Archives départementales du Rhône, registre BMS de la paroisse de Lacenas, 105 GG 2 (1676-1677)..

Après avoir confié sa Nouvelle methode pour apprendre le plain-chant en fort peu de jours (1657) à la veuve de Pierre Muguet, Fornas se tourne en 1672 vers Michel Mayer. Issu d’un famille originaire de Bohème, ce libraire-imprimeur installé à Lyon publiait des ouvrages de théologie (le De scriptoribus ecclesiasticis de Bellarmin), du théâtre (le célèbre traité du Théâtre français de Chappuzeau) ou encore un dictionnaire français-espagnol. Il est également l’éditeur du Traité des tournois, joustes, carrousels et autres spectacles (1675) du jésuite Claude-François Ménestrier. Le traité de Fornas apparaît donc comme la production d’un imprimeur généraliste, et certainement pas spécialisé dans l’édition musicale ou liturgique.

Dédié à l’archevêque Camille de Neufville (ép. 1653-1693), cet Art du plain-chant est placé par son auteur dans le prolongement de son premier traité. Si son titre rappelle les publications récentes de Bertrand de Bacilly (les Remarques curieuses sur l’art de bien chanter de 1668 et son retirage sous le titre de Traité de la méthode ou Art de bien chanter en 1671), il est peu probable que Fornas en ait eu connaissance. Le terme “art” est à comprendre ici comme “amas de préceptes, de règles, d’inventions & d’expériences, qui étant observées, font réussir les choses qu’on entreprend, & les rendent utiles & agréables4Antoine Furetière, “Art”, Dictionnaire universel, La Haye, A et R. Leers, 1690, t. 1, non paginé.”.

À l’instar de son épître dédicatoire et de son adresse au lecteur, Fornas use d’un style assez verbeux enrobant des données techniques traditionnelles d’une terminologie parfois ambiguë. Ainsi, les “modes du Plain-chant” désignent chez Fornas les trois types d’hexacorde (p. 2) et non les catégories de la tonalité ecclésiastique abordées plus tard à propos de la psalmodie (p. 20 et suiv.) et des pièces pour la messe (p. 40-41). S’ajoute à cela l’absence de toute visée apologétique, au point que Fornas renverse la hiérarchisation plain-chant/musique que l’on retrouve chez la plupart des plain-chantistes. Au moment de présenter la portée de quatre lignes employée pour le chant ecclésiastique, il affirme ainsi :

Comme si le Plain-chant estoit quelque chose de moins noble que la Musique, on n’a pas voulu qu’il y ait plus de quatre lignes pour placer les notes dont il se sert, afin de ne luy pas donner occasion de se glorifier du méme honneur & du méme avantage que cette Princesse [la musique] possede par dessus luy5Fornas, L’Art du plain-chant, p. 3-4..

L’autre caractéristique de cette méthode est son absence de références extérieures au propos tenu. Plusieurs ouvrages du corpus des “méthodes faciles” développent un aperçu de l’histoire du chant de l’Église, même réduit à quelques lieux communs ; il arrive également qu’un auteur fasse allusion à un autre, ou à la publication d’un livre liturgique particulier. Hormis des renvois à la Nouvelle methode publiée par le même Fornas en 1657, son Art du plain-chant est exempt de tout ceci et semble procéder d’un savoir assez isolé, peut-être à l’image de son détenteur qui, depuis sa cure scrupuleusement assurée dans le Beaujolais, ne disposait pas de ressources humaines ou bibliographiques permettant d’aller au-delà de la consignation de sa propre routine. L’embarras de Fornas est d’ailleurs trahi par la remarques concluant son exposé de la place des tons et du demi-ton dans l’hexacorde : “à moins de trouver un secret particulier de faire resonner la voix sur le papier, on ne sçauroit vous en apprendre davantage” (p. 5).

Dans cette même optique, le mode d’apprentissage suggéré par Fornas ne présente aucune singularité. Il chemine, à l’instar de la majorité des autres méthodes de ce genre, depuis l’apprentissage de la Gamme hors notation jusqu’au chant, en passant par l’application des syllabes “à la note” et pour l’assimilation des intervalles décomposés/recomposés. Dans le détail, cet ouvrage paraît avoir été rédigé en ayant la Nouvelle methode sous les yeux puisque plusieurs paragraphes de celle-ci en sont exactement repris ou soumis à une légère réécriture (exemple 1).

Nouvelle Methode (p. 9)

L’autre est que quand l’on trouve un guidon à la fin d’une ligne, il signifie qu’il faut chanter la notte qui occupe la premiere place sur la ligne suivante, au ton que l’on chanteroit, si elle estoit au lieu ou est ledit guidon, parce qu’elle est sur la mesme ligne, ou dans le mesme espace blanc qu’est le guidon, quoy que dans un autre endroit, & que si la ligne, ou ledit espace blanc ou est situé le guidon, estoit continuée elle ne feroit qu’une mesme ligne avec la suivante.

L’Art du Plain-chant (p. 4)

Quand on rencontre un Guidon à la fin d’une ligne ou dans l’espace blanc, où l’on trouve des nottes comme sur les lignes, il marque qu’il faut chanter la notte qui occupe la premiere place sur la ligne suivante au ton que l’on la chanteroit, si elle estoit au lieu où est ledit Guidon, parce qu’elle est dans le mème ordre de la Game que luy, quoyqu’il semble quelquefois en un autre endroit à cause du changement de la clef ; aussi arrive-t’il pour l’ordinaire que si la ligne où il se voit estoit continuée, elle ne feroit qu’une mème ligne avec la suivante

 

ex. 1 – Comparaison de la définition du guidon dans la Nouvelle methode (1657) et dans L’Art de Chanter (1672) de Fornas

La seule proposition personnelle de Fornas consiste à utiliser des répons de complies comme exercice d’application “à cause de leur facilité” (p. 11), alors que des répons prolixes avaient été insérés dans la Nouvelle methode à ce même effet.

Fornas se distingue en revanche par son conservatisme : il est effectivement l’unique auteur du corpus des “méthodes faciles” à superposer lettres et voces dans la notation des exercices à chanter (exemple 2), au moins durant la première phase de l’apprentissage.

Fornas1672 - p. 6

ex. 2 – Fornas, L’Art du plain-chant (p. 6)

Une fois la méthode achevée, le reste du livre est consacré à une série d’hymnes (réclamées selon Fornas par les lecteurs de sa Nouvelle méthode)  dans une présentation pratique : la première strophe de chaque hymne est notée et les autres apparaissent sous la forme du texte seul, y compris la doxologie.

(X. Bisaro, décembre 2014)

retour vers les méthodes de plain-chant

Table des matières

p. 1     Premier principe de la gamme du plain-chant
p. 1     Second principe des nottes du plain-chant
p. 1     Troisième principe des mêmes nottes
p. 2     Première observation des modes du plain-chant
p. 2     Seconde observation de b mol
p. 3     Troisième observation de nature & de b quarré
p. 4     Quatrième observation des quatre lignes du Plain-chant
p. 4     Cinquième observation des Clés du Plain-chant
p. 4     Sixième observation du Guidon
p. 5     Septième observation de l’application des principes antérieurs à la Notte
p. 6     Huitième observation du ton des nottes éloignées les unes des autres
p. 7     Seconde application de nos observations à l’égard des muances
p. 10   Dizième observation du fa, de B fa, b mi, sans bmol
p. 10   Continuation des muances
p. 11   Troisième application des petits responsoires de Complie en chaque saison de l’année, à cause de leur facilité, et premierement pour l’Advent
p. 13   Onzième observation de la diversité des notes, quant à leurs figures, de l’application de la lettre qu’on leur doit faire, & des petites lignes qui coupent le autres
p. 15   Quatrième Principe qui enseigne à connaître les notes tant le b mol que le b quarré dans la clef de C, sol, ut, fa, sans que leur nom paraisse en dessous
p. 19    Cinquième principe pour connoitre la finale & la dominante de chaque antienne & de chaque pseaume
p. 21   Application du dernier principe aux Antiennes & aux Pseaumes, touchant les huit tons réguliers & irréguliers
p. 40   Sixième principe pour connaître le ton des Introïtes, des Graduels, & des Répons
p. 42   [recueil d’hymnes]

Sources

Philippe Fornas, L’Art du plain-chant, Lyon, Chez Michel Mayer, 1672 (exemplaire de la Bibliothèque Municipale de Lyon).

Selon un ex-libris, il s’agit probablement de l’exemplaire d’hommage offert par l’auteur à l’archevêque Camille de Neufville, la bibliothèque de ce dernier ayant été léguée au Collège jésuite de Lyon en 1693.

Autour de ce sujet

Les commentaires sont clos.

    Notes   [ + ]

    1. Selon Adolphe Vachet, Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités, Lérins, Abbaye de Lérins, 1899, p. 188.
    2. Cf. la signature de l’épître dédicatoire de la Nouvelle Methode de Philippe Fornas (Lyon, Chez la Veuve de Pierre Muguet, 1657).
    3. Archives départementales du Rhône, registre BMS de la paroisse de Lacenas, 4 E 1806 (1673-1674). Son vicaire Vignon apparaît également comme signataire à partir d’avril 1674. D’autre part, Fornas est bien signataire dans les registres précédant et suivant celui-ci jusqu’à un dernier acte en date du 16 août 1676. Quelques mois après son probable décès, la signature d’un nouveau curé, Véran prend la suite ; cf. Archives départementales du Rhône, registre BMS de la paroisse de Lacenas, 105 GG 2 (1676-1677).
    4. Antoine Furetière, “Art”, Dictionnaire universel, La Haye, A et R. Leers, 1690, t. 1, non paginé.
    5. Fornas, L’Art du plain-chant, p. 3-4.
  • Pour citer cette page :
    Xavier Bisaro, Cantus Scholarum, <https://www.cantus-scholarum.univ-tours.fr/ressources/sources/methodes-faciles-de-plain-chant/lart-du-plain-chant-1672/>, consulté le 22 septembre 2017.