Au sanctuaire comme à la scène ? Dialectique et porosité des pratiques musicales d’église et de théâtre du Premier Empire à la Belle-Époque (Université de Franche-Comté, Besançon, 7-8 avril 2016)

Tout changer pour ne rien changer :

les Concerts spirituels du R. P. Loriquet

Abstract

L’imprimeur avignonnais Seguin publia en 1832, sous l’intitulé Concerts spirituels, un recueil de motets dont les paroles latines se chantaient sur des fragments d’opéras de Mozart, Beethoven, Weber, Piccini et de quelques autres compositeurs représentatifs de l’actualité lyrique du début du XIXe siècle.

Publié anonymement, ce volume s’avère être le fruit du travail de Jean-Nicolas Loriquet, figure majeure de la reconstruction de l’ordre jésuite sous la Restauration, et se trouve de fait intégré à son ample production éditoriale. Pour cette raison, cette communication proposera d’examiner les Concerts spirituels non comme le résultat d’un transfert esthétique naïf ou routinier entre répertoire opératique et musique d’église, mais plutôt comme l’élément d’une stratégie globale de régénération d’un exigeant modèle éducatif. Par ailleurs, les réalisations de Loriquet et l’ambition dont elles procédaient seront replacées dans la longue histoire du détournement spirituel d’œuvres musicales “mondaines” cher aux jésuites.

 

 

colloqueBesançon

 

Slides

Programme complet du colloque

Les commentaires sont clos.